LES VOYAGES DE DS
Ma route de la soie (2007). De Buenos Aires à Lima (2009/2010), le Japon du nord au sud (2011/2012), St Jacques de Compostelle, la route de Tours, inachevée (2014), Mon Camino Francés (2016), La Via de la Plata (2017-2018), Le chemin Portugais, de Porto à Saint-Jacques (2018), Le chemin d'Arles (2019) inachevé, La via Francigena (2019), Le Japon (2019).

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques

DE BUENOS AIRES A LIMA
LA VIA DE LA PLATA
LA VIA FRANCIGENA
LE CAMINO FRANCES
LE CHEMIN D ARLES
LE CHEMIN PORTUGAIS
LE CHEMIN PORTUGAIS PAR LA COTE
Le Japon d Hiroshima A Tokyo
LE JAPON DU NORD AU SUD
MA ROUTE DE LA SOIE
ST JACQUES DE COMPOSTELLE la route de Tours


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Sites favoris

AND HOTEL à Istanbul
HOTEL SAINT PAUL à Paris
HOTEL HIPOCAMPO PUERTO MADRYN
HOTEL GERONIMO (PUCON)
GRAN HOTEL VENUS (MENDOZA)
HOTEL DEL CID ( LA SERENA)
RESIDENCIAL ROSARIO (LA PAZ )
DEESSE FILMS
MA PAGE YOUTUBE
MA PAGE VIMEO
CHAMBRE D'HÔTE COULOMBIERS


De Hiroshima à Onomichi, 98 min en train.

 

 

J'ai pris cette photo d'une carte détaillée sur google car je n'ai pas pu trouver de vraie carte de la préfecture d'Hiroshima. 

Onomichi est une ville portuaire située au bord de la Mer intérieure de Seto, dans la préfecture d’Hiroshima au Japon. Elle commence sur l’île principale Honshu pour s’étendre sur les petites îles voisines, connectées par les ponts de la route Shimanami Kaido. Cette cité est devenue touristique grâce à son patrimoine historique, son attractivité culturelle et ses liaisons en ferry ou par la route avec Shikoku.

Composée essentiellement de chemins en pente qui surplombent la baie, Onomichi affiche tout d'abord une image pittoresque qui s'avère aussi photogénique que riche d'un point de vue artistique et culturel.

Ainsi le premier atout de cette cité tranquille, un brin désuet, reste bien évidemment son chemin des temples. En plein centre-ville, ce fameux parcours fait la part belle à vingt-cinq temples, tous reliés sur 2,5 kilomètres par des ruelles parfois abruptes qui serpentent à travers la montagne. Même si les temples n’ont pas l’histoire ou l’architecture des plus célèbres de Kyoto, l'on effectue une balade très agréable à pied pendant deux à trois heures pour découvrir, entre autres, le temple Saikokuji et sa paire de sandales de deux mètres accrochée à la porte Niomon.

Le côté religieux et parfois austère des temples est ici délaissé pour une atmosphère plus familiale et relaxante, à l’image de Kurashiki ou Naramachi. Pour cela, il est préférable de se rendre au temple Senko-ji, au milieu du mont éponyme. Célèbre pour son sanctuaire vermillon éblouissant, il peut être accessible via une remontée mécanique offrant une vue imprenable sur la ville. Près du temple se trouve également le musée d’art de la ville, adoubé par l’architecte Ando Tadao, qui accueille des exhibitions temporaires sur des thématiques définies. Pour compléter le tableau, rien ne vaut un détour par la plateforme d’observation du parc, pour contempler un très beau panorama de la vallée ; et même les cerisiers en fleurs si la visite coïncide avec cette période tant appréciée des habitants.

Mon auberge, ou plutôt gueshouse.

 

 

Après cette 1ère expérience en dortoir, le lendemain j'ai annulé toutes mes réservations à venir en auberge. Ce n'est plus pour moi. Malheureusement je n'ai pas pu tout annulé donc j'ai encore au moins 2 dortoirs à faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié à 10:03, le 7/12/2019, dans Le Japon d Hiroshima A Tokyo, Onomichi
Mots clefs :